side-area-logo

Stratégie du chaos et du mensonge (Poker menteur en Afrique des Grands Lacs)

Recensement du livre par Boniface Musavuli

La guerre qui sévit en République Démocratique du Congo, et ses horreurs, sont souvent présentées comme l’échec du président Kabila et de la communauté internationale. Il s’agit, en réalité, d’une réussite éclatante d’une stratégie dont le Congo et les Congolais sont la cible. Le dernier ouvrage de l’analyste des questions géopolitiques Patrick Mbeko, « Stratégie du chaos et du mensonge », en donne une remarquable démonstration. L’auteur analyse les enjeux qui se trament derrière les souffrances des Congolais depuis l’acquisition du pays par le Roi des Belges Léopold II, en 1885, jusqu’à sa mise sous tutelle actuelle, par les milieux d’affaires occidentaux derrière le triumvirat Museveni-Kagame-Kabila et la Monusco.

Lorsqu’on jette un coup d’œil sur l’holocauste qui se déroule au Congo, avec ses millions de morts, les clichés des reportages sur l’Afrique sont qu’il s’agit de conflits entre tribus africaines au « Cœur des ténèbres ». Patrick Mbeko, qui coécrit l’ouvrage avec un fin connaisseur des enjeux du Congo, en la personne d’Honoré Ngbanda, va droit au cœur des enjeux de la guerre. A l’appui des enquêtes des Nations-Unies, il démontre que l’instabilité chronique à laquelle nous assistons est entretenue à dessein. Il s’agit d’une politique de chaos sciemment organisée qui a pour objectif d’affaiblir durablement le pays, d’en faire un non-État, réduit au simple rôle de coffre-fort où les groupes financiers et les élites occidentales puisent d’immenses richesses naturelles sans être importunés. Il s’agit de la mise en pratique de la théorie longuement murie du « chaos constructeur», chère aux stratèges américains.

Dans une région riche et convoitée, on choisit d’abord un Etat pivot. Ensuite, à partir de cet Etat, on provoque et on entretient les conflits. On encourage les viols, on occasionne des déplacements des populations, on génère la famine, des maladies, bref, on engendre une atmosphère de désolation. De ce chaos doit émerger un ordre nouveau reposant sur l’anéantissement des peuples et permettant à la minorité des privilégiés constituant le 1 % de maintenir leur train de vie princier[3]. Toutes les guerres qui se produisent au Congo ont pour enjeu le contrôle des matières premières, dont les riches gisements miniers du pays[4]. Pour entretenir durablement le chaos, les « stratèges » commencent par remporter la bataille de l’information. Dans le cas du Congo, le contrôle de l’information se traduit par une gigantesque masse des désinformations destinées à dissimuler, non seulement les vrais enjeux de la guerre, mais surtout les personnalités et les multinationales qui se procurent, derrière le chaos entretenu, des profits faramineux.

Lire la suite…

Image module